Le témoignage du Père

Ouverture Assemblée Canada
25 mars 2017
L’agneau du Berger
4 avril 2017
Tout voir

Le témoignage du Père

Voyez quel amour le Père nous a témoigné pour que nous soyons appelés enfants de Dieu! [Et nous le sommes!] Si le monde ne vous connaît pas, c’est qu’il ne l’a pas connu, lui.

1 Jean 3:1

Quand tu es enfant de Dieu, tu dois le savoir et le reconnaître. Tu n’as pas besoin de l’approbation des hommes pour croire que tu es un enfant de Dieu. Les gens peuvent refuser de reconnaitre que tu es enfant de Dieu.
Lorsque le Père a fait le témoignage sur toi que tu es son enfant, ce n’est pas lorsque tu es venu sur terre qu’il a fait ce témoignage, Tu l’as été depuis la fondation du monde. C’est pourquoi lorsque le Père fait ce témoignage, même si les autres ne le reconnaissent pas, cela importe peu.
Car ce qui est important pour toi est que le Père te reconnaissent comme son enfant. Il dit en 1 Jean 3, si le monde ne te reconnait pas c’est qu’il n’a pas connu le Père.
Or si ceux qui te disent qu’ils sont enfants de Dieu, ne te reconnaissent pas alors que toi tu as le témoignage du Père que tu es son enfant, cela montre que eux même ne sont pas enfants de Dieu, sinon ils te reconnaitraient étant de la même famille.

Ce ne sont pas tes erreurs qui feront que ton Père te renie et te dire que tu n’es plus son enfant. Ce n’est pas parce que les gens vont parler, que le Père dira que tu n’es plus son enfant.
Le Père t’aime et il t’accepte tel que tu es, avec tes faiblesses, tes manquements parce son désir est que tu deviennes meilleur.
Le serviteur vient devant le maître et le maître le déchausse. Le fils vient devant le Père et le Père lui mets des sandales aux pieds.
Cela montre que même dans tes fautes et dans tes faiblesses, le Père t’accepte d’abord parce que tu es son enfant.
Et puisque tu es son enfant, rien ne peut faire le Père te renier. La bible dit que le fils prodigue est venu, et que le Père l’ayant vu de loin, même après qu’il ait dépensé son héritage dans la débauche, le Père ne l’a pas renié.
Il aurait pu avoir honte et se cacher et dire aux serviteurs, faites-le entrer par derrière. Au contraire le Père s’est présenté lui même pour accueillir son fils alors que tous le quartier disait du mal de lui. Mais le Père s’est présenté lui même devant son enfant.
S’il l’avait renié, cela impliquerait que lui même n’était pas bon, parce qu’il n’aurait pas reconnu la grandeur qui est dans cet enfant. Lorsque le Père te voit, il ne te voit pas comme les hommes te voient, mais comme lui seul peut te voir. Il sait ce qu’il y a en toi et il témoigne de toi que tu es son enfant.
Lorsqu’un père rejette un enfant pour une faute c’est que lui-même n’est pas bon, parce que l’enfant est son fruit. Si l’enfant est rebelle alors le père était rebelle parce que l’enfant est sorti de lui…

L’enfant doit avoir la nature du père en lui, puisque la bible dit, on reconnait l’arbre par ses fruits.
Ce n’est pas une obligation pour toi de commettre des erreurs, cela peut arriver mais le père ne va pas te renier pour autant. Il attend que tu te présentes, et que tu confesses comme le fils prodigue, « Père j’ai péché contre toi, j’ai péché contre le ciel ». Le père te redonnera ta place parce que son enfant est sa fierté, son honneur.

Ne soyons pas à la merci des hommes en attente de la reconnaissance que nous sommes enfants de Dieu.
Si le Père nous a reconnu, cela nous suffit. Et tous ceux qui ne nous reconnaissent pas, ne sont pas de notre famille et cela est normal. Nous n’avons pas à démontrer aux autres que nous sommes comme eux, mais être comme le Père a dit que nous sommes. S’ils ne nous reconnaissent pas, c’est qu’ils n’ont jamais connu le Père. Alors ils n’ont rien à nous apprendre. Nous sommes ce que Dieu a dit que nous sommes parce qu’il nous a aimé : « Voyez quel amour le Père nous a témoigné pour que nous soyons appelés enfants de Dieu! [Et nous le sommes!] Si le monde ne vous connaît pas, c’est qu’il ne l’a pas connu, lui. » Nous sommes dans le temps où ceux qui sont du Père présentent les signes par lesquels on les reconnaitra.

Dans Luc 7, Jean-Baptiste, étant en prison, a envoyé ses disciples demander: à Jésus « 20:‘Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre?’ » Jésus donne les signes par lesquels Jean peut reconnaitre si c’est lui ou non. « 22 Puis il leur répondit: Allez rapporter à Jean ce que vous avez vu et entendu: les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres. » Jean a alors reconnu qu’il était celui qui devait venir.

Lorsque nous sommes enfants de notre Père, on doit nous reconnaitre par 2 choses : le pardon et l’amour.
Il est inévitable de manifester cette nature de Dieu en nous, quelque soient ce que nous pouvons traverser, quelque soit la gravité de la situation. L’amour et le pardon sont les signes qui révèlent la nature du Père en nous.
Celui qui a en lui la nature du Père, ce que l’on reconnaitra en lui, c’est qu’il sait aimer et il sait pardonner quelque soient les circonstances. Lorsqu’il n’est pas en mesure d’exprimer un pardon sincère et un amour sincère, il n’est pas du Père. Il n’a jamais connu le Père.
Puisque l’on dit chasser le naturel, il revient au galop. Celui qui est du Père, même s’il se met en colère et a été irrité à outrance, sa nature est que c’est un homme de pardon et un homme qui aime. Au temps convenable, l’amour et le pardon ne peuvent que revenir naturellement, sans avoir à forcer, parce que c’est sa nature.

Recherchons ce qui est nécessaire, c’est à dire à être semblables à notre Père, si nous sommes ses enfants.
Le fils prodigue, n’avait certainement jamais demandé pardon à quelqu’un, mais puisque c’était sa nature, lorsqu’il s’est senti en danger, est venu auprès du Père et lui a demandé pardon en disant « j’ai péché contre toi ».

Soyons de ceux que l’on reconnaissent par la nature du Père en nous, non en ayant des apparences de piété, mais que notre bouche et notre coeur reflète réellement la nature du Père, ceux qui ne sont pas des enfants de disputes, des enfants de conflits, des enfants qui rejettent, de ceux qui condamnent, de ceux qui jugent mais qui sont dans le pardon et l’amour.

Telle est la nature de notre Père !

velit, quis, felis ut Aliquam quis commodo ultricies ut ut tempus eget